vendredi 20 janvier 2017

One 01 : Même pas peur

Auteur : Jacinthe Nitouche
Genre : Romance

Langue : Français
Pages : 428
Éditeur : Hachette Black Moon
Parution : 6 Janvier 2017
Format : Ebook
Prix : 10,99€

Résumé :

On se retrouvera. C’est une évidence. Sacha et Charlie croyaient à ces derniers mots échangés juste avant que Charlie déménage. Voisins et meilleurs amis, ils se doivent leurs plus beaux souvenirs et une complicité sans faille qui a rythmé leur enfance et leur adolescence. Sans que rien ne vienne faire de l’ombre à leur rôle de frère et sœur protecteurs, à la relation fusionnelle qui les lie et que personne ne semble comprendre. Alors, quand Charlie cesse de donner des nouvelles du jour au lendemain, la tristesse de son départ fait place chez Sacha à l’interrogation, puis à la colère. Quand elle revient au bout de deux ans sans prévenir, les deux amis de toujours sont réduits à deux étrangers. À l’aube de leur entrée dans la vie adulte, Sacha pensait avoir réussi à oublier celle qui l’a hanté pendant tout ce temps. Mais il s’est menti : il n’a rien oublié, ni le manque ni l’absence. Ni rien de tout ce qui fait que leur relation ne peut s’arrêter ainsi…

Mon avis :

Ceux qui me connaissent vont s’interroger en voyant le genre de ce livre. Et ils auront raison. Oui, c’est vrai, je lis très peu de romances. C’est un fait. J’ai été déçue plus d’une fois par le passé par ce genre en général. Mais je suis de nature curieuse, et l’espoir faisant vivre, il m’arrive encore d’en lire de temps en temps pour voir si je tomberai sur des tires qui sauraient me réconcilier avec le genre. Et aussi... c’est Jacinthe Nitouche. J’ai d’autres titres de cette auteure dans ma PAL (que je n’ai toujours pas lu... oui, la honte est sur moi et sur ma vache, je sais) et j’étais curieuse quand j’ai vu ce titre chez Netgalley.

Sasha et Charlie sont deux adolescents qui se retrouvent après deux ans de séparation durant leur adolescence. Après leur rencontre quand ils avaient respectivement 10 et 9 ans, ils sont devenus inséparables, mais un déménagement et une absence de nouvelles a fait d’eux des étrangers qui doivent réapprendre à se connaître et à se faire confiance. Dans la première partie du livre, les scènes après le retour de Charlie sont entrecoupées de flash-backs sur leur enfance, et je dois avouer que ces derniers sont mes passages favoris.

Dans un style épuré et direct, que j’oserai peut-être qualifier de « simple » mais pas de simpliste (faut pas confondre), l’auteure nous entraîne dans les pensées des deux personnages principaux, dans un texte écrit à la première personne. L’auteure a réussi à me faire rire et à m’émouvoir, ce qui m'arrive rarement au cours d'une lecture (surtout pour le rire, j’ai un humour particulier ;) )...

Avec des chapitres courts, on tourne les pages presque sans s’en rendre compte et on s’attache très facilement à Sasha et Charlie. Ils sont entourés par toute une galerie de personnages tous facilement identifiables (et avec des noms franchement à coucher dehors, pour dire la vérité), même si j’ai regretté le manque de présence des parents. La mère de Sasha est celle qui réussit à avoir le plus de plus de place et d’impact. Le père de Charlie, qui m’a agacée au possible par son côté inflexible, a peu d’exposition et il est donc difficile de comprendre les raisons de son comportement. Le père de Sasha, est si peu visible que je me suis demandé si c’était l’homme invisible. Alors, bon, je sais, à l’adolescence, les parents, quand on y pense, c’est pour avoir la grogne et exprimer combien ils nous étouffent et à quel point on veut ignorer leur existence, mais là ça paraissait un peu extrême.

Je ne qualifierai pas vraiment ce livre de « romance » à proprement parler, s’il fallait le qualifier, je dirai plutôt que c’est un roman « tranche de vie », et c’est certainement pour cette raison que je l’ai vraiment apprécié. La relation entre Sasha et Charlie est profonde et presque incompréhensible pour leur entourage. L’attirance est quelque chose qui arrive assez tard entre eux et leur relation ne repose absolument pas là-dessus, ce qui m’a d’autant plus plu.

Le côté découverte de soi et de l’autre de l’adolescence m’a paru particulièrement bien abordé dans ce livre. Les questions que les jeunes se posent et le côté un peu idiot de cet âge est parfaitement retranscrit. Rien ne change brusquement du jour ou lendemain et les choses prennent leur temps pour s’installer et cela donne un grand naturel et un réalisme à l’histoire.

Après cela, je mettrai tout de même un tout petit bémol, certaines choses dites par les personnages, qu’on pourrait considérer comme des choses « normales » m’ont un peu fait grimacer : par exemple, il est dit à un certain moment, lorsqu’un personnage s’inquiète de ne ressentir aucune attirance physique envers qui que ce soit, que ça viendra forcément un jour. Eh ben, non, pas forcément, non. C’est bien pour ça que l’asexualité existe. Alors, probablement que ça n’attirera pas l’attention de beaucoup de gens, mais si des jeunes en quête d’identité lisent ce genre de livres, ça risque de ne pas de les aider...


Donc, je pense que cet ouvrage ne plaira pas nécessairement à un public friand de « romance classique », mais par contre pourra plaire à un public qui ne trouve pas son compte habituellement dans ce genre (comme moi...) Des personnages bien développés, une relation qui se développe de manière crédible (eh oui...), tout cela écrit dans un style immersif. Je suis curieuse de connaître la suite !

La série - One :
1. Même pas peur
2. Te respirer (24 Mars 2017)
{??}

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire